loi scellier
- 1145 aff. -

Savoir déclarer ses SCPI de rendement

Parmi les avantages des SCPI s’inscrivent la possibilité d’alléger sa fiscalité en bénéficiant de certains régimes fiscaux. Les SCPI de rendement notamment donnent lieu à une fiscalité particulière grâce aux deux types de régimes qui les caractérisent.

La déclaration

Les revenus issus d’une SCPI étant considérés comme des revenus fonciers, l’investisseur est alors assujetti au paiement des impôts sur le revenu. Les SCPI donnent lieu à deux types de régime fiscal : le régime réel d’imposition d’une part, et le régime du micro foncier d’autre part. Par ailleurs, l’imposition diffère selon le type de revenu : celui issu de l’investissement SCPI, celui généré par les plus-values de cession de l’immobilier et celui découlant de la plus-value réalisée à partir de la revente des parts.

La déclaration se fait à partir de l’IFU ou Imprimé Fiscal Unique fourni par le gestionnaire, et en complétant le formulaire 2042 de la déclaration fiscale classique, notamment pour le régime micro BIC. En revanche, la déclaration des revenus de SCPI sous le régime réel peut être réalisée par le biais de la déclaration 2044.

Qu’est-ce qu’une SCPI de rendement ?

Les SCPI de rendement exploitent l’immobilier professionnel, tel que les bureaux d’entreprise, les locaux d’activité, les murs de magasins, de boutiques et de commerce, etc. Ce sont généralement les SCPI les plus performantes en termes de rentabilité, avec un taux nettement supérieur que ceux des SCPI fiscalesou des SCPI de valorisation : ce taux est en effet de l’ordre de 5% et plus en moyenne. Ce rendement élevé est obtenu grâce au choix ciblé des locataires, ainsi qu’à une forte diversification non seulement au niveau des secteurs d’activité, mais également en termes de répartition géographique. En effet, de plus en plus de SCPI exploitent le marché international afin de bénéficier du dynamisme de leur économie.