loi scellier
- 711 aff. -

Quelle est la rentabilité d’un investissement sous Girardin industriel en 2017 ?

La loi Girardin industrielle est destinée à tout particulier souhaitant réaliser un investissement locatif en Outremer par le biais des entreprises ultramarines. Il a pour particularité de donner lieu à un effet de levier par rapport à la réduction d’impôt dont le montant peut excéder celui du placement. C’est cette possibilité de défiscaliser de manière conséquente qui optimise son rendement.

Défiscaliser jusqu’à 125% de son apport

Le montant de la réduction d’impôt peut atteindre jusqu’à 125% de la mise ; ladite réduction est immédiate et dite « one shot », l’investisseur pouvant défiscaliser dès la première année de mise en exploitation du matériel auprès de l’entreprise. Grâce à cette défiscalisation consistante, la rentabilité du placement peut varier entre 12% à plus de 15% par an. Ceci en fonction de l’expérience du spécialiste en montage de dossier juridique tel que le groupe profina.

Pourquoi faire appel à un monteur en Girardin ?

Investir sous la loi Girardin implique :

  • la création d’une SNC ou d’une SAS, qui est prise en main par le monteur et dont il assure le suivi.
  • une veille constante sur l’évolution des règlementations et des lois de finance.
  • le choix de d’une entreprise éligible, exerçant dans le secteur industriel, artisanal, agricole ou tertiaire. Si l’entreprise n’est pas éligible au dispositif, le dossier de défiscalisation sera rejeté.
  • la pérennisation de l’investissement, nécessitant l’expertise et l’expérience d’un professionnel : l’exploitation doit aboutir à terme, conformément à la durée d’engagement qui est de 5 ans fermes.
  • l’existence de garanties et d’assurances : le monteur propose généralement des garanties fiscales et juridiques, ainsi que des garanties de l’opérateur.
  • l’obtention d’un financement auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit : un spécialiste reconnu pour sa réputation et son professionnalisme peut facilement débloquer un fonds de financement.
  • la gestion et la maîtrise des risques encourus.