loi scellier
- 874 aff. -

Le passage d’une location nue en meublée

Sécuriser son placement et préparer sa retraite font aujourd’hui partie des préoccupations majeures des Français : ceux-ci optent alors pour l’exploitation de l’immobilier à travers la mise en location d’un bien. Il existe deux solutions dans ladite exploitation : la location nue et la location meublée.

Si l’investisseur s’est engagé pour la première option, il est toutefois possible de réaliser le passage d’une location nue en meublée.

Déclarer son début d’activité au Greffe du Tribunal de Commerce

Dans un premier temps, le bien doit donc être meublé et équipé en tenant compte de la liste des équipements mise à jour par l’administration suivant un décret.

Le propriétaire bailleur signe ensuite avec le locataire un bail meublé et rempli les obligations administratives afférentes à la mise en route de l’entreprise. Une déclaration de début d’activité doit alors être adressée au Greffe du Tribunal de Commerce et au service des impôts des entreprises pour l’obtention d’un numéro SIRET.

Les avantages

Du point de vue fiscal, les revenus issus d’une location nue sont imposables au titre des revenus fonciers, alors que ceux de la location meublé sont considérés comme étant des BIC ou bénéfices industriels et commerciaux. La location meublée permet donc de bénéficier d’une fiscalité avantageuse, et ce en fonction du montant des recettes locatives enregistrées.

Ainsi, le contribuable peut opter soit pour le régime réel d’imposition qui permet la déduction de certaines charges desdites recettes locatives, soit pour le régime micro BIC, ouvrant droit à un abattement de 50% et calculé par l’administration fiscale. Par ailleurs, le rendement d’une location meublée est plus attractif que celle d’une location nue, les loyers étant d’une part plus élevés, et les avantages fiscaux d’autre part permettant de réduire de façon significative le montant de ses impôts sur le revenu.